Pinard S., Bier N., Bottari C., Pigot H., Couture M., Levasseur M., Bouchard K., Le Morellec F., Azzi S., Olivares M., Zayani T., Le Dorze G., Bouchard B., Swaine B., Bouzouane A., Therriault P.-Y., Carbonneau M., Giroux S.
1er congrès québécois de recherche en adaptation-réadaptation, INTER-REPAR
Année de publication :2015

Au Canada, environ 100 000 personnes par année sont victimes d’un TCC et 40 % seront modérée à grave. Ces personnes trouvent difficilement un milieu de vie adapté à leurs besoins. Un projet novateur de ressource alternative d’hébergement pour les TCC a été mis en place. L’objectif principal de cette ressource est d’optimiser la participation sociale des résidents. Pour y parvenir, des prototypes d’orthèses cognitives, soit des assistants technologiques pour la cognition, seront déployés dans la Résidence, selon les besoins et attentes des résidents et intervenants. Lors d’une première étude, la préparation des repas a effectivement été identifiée parmi les besoins et attentes prioritaires. Le deuxième projet de recherche interdisciplinaire en collaboration avec cette résidence vise à concevoir, implanter et évaluer les effets d’une orthèse cognitive pour la préparation de repas. Cette étude cible plus spécifiquement l’exploration des effets de l’assistant culinaire sur l’indépendance des résidents à préparer leurs repas avec une méthodologie d’étude de cas uniques multiples (N = 3). Les mesures d’effets seront répétées durant trois phases distinctes : avant l’implantation (préparation de repas sans assistant culinaire); pendant l’implantation (apprentissage du fonctionnement de l’assistant culinaire et son utilisation lors de la préparation des repas); après l’implantation (préparation de repas post-implantation de l’assistant). Les mesures principales comprendront une évaluation du nombre de repas préparés par semaine par les résidents, une évaluation de leur indépendance à préparer des repas, l’atteinte de leurs objectifs en lien avec la préparation de repas et la satisfaction des résidents envers l’assistant culinaire. À court terme, les résidents pourront reprendre la préparation de repas de façon sécuritaire, soit une activité significative pour eux. À plus long terme, il est attendu que ce projet permette de bonifier un outil technologique innovant qui intègre les évidences scientifiques de la réadaptation cognitive. Ainsi, cet outil contribuera au maintien à domicile de cette clientèle et à favoriser l’efficience des intervenants en réadaptation.