Pinard, S., Carbonneau, M., Bouchard, K., Le Morellec, F., Laliberté, C., Bottari, C., Bier, N., Pigot, H., Giroux, S.
Erg-go! Revue des ergothérapeutes du Québec, 6, 9-18.
Année de publication :2015

Quel ergothérapeute n’a jamais hésité entre promouvoir l’autonomie ou maximiser la sécurité d’un client présentant des difficultés cognitives? Il est ainsi fréquent qu’un léger doute du professionnel sur l’entière sécurité de la personne prime sur son autonomie. Comment gérer ce phénomène, particulièrement dans le cadre de la préparation de repas? Comment résoudre ce dilemme et gérer les risques ? Compenser l’activité, maximiser les capacités et/ou modifier l’environnement de la personne ? Faire de la réadaptation cognitive? Est-ce suffisant ?

Afin de mieux répondre aux besoins de la clientèle vivant avec des difficultés cognitives (c.-à-d. démence, déficience intellectuelle, traumatisme crânien), le laboratoire DOMUS travaille depuis 2002 à concevoir des orthèses cognitives, c’est-à-dire des technologies d’assistance pour la cognition. Ces dernières visent à améliorer le fonctionnement dans les activités de la vie quotidienne et la participation sociale. Ces technologies peuvent être mobiles (ex. application pour téléphone intelligent) ou être intégrées directement dans l’environnement de la personne, prenant la forme d’un habitat intelligent (ex. capteur qui reconnaît et dirige l’errance nocturne). Ainsi, ces travaux visent à augmenter les possibilités de modification de l’environnement de la personne vivant avec des difficultés cognitives pour faciliter son fonctionnement. Ces nouvelles technologies sont aujourd’hui à l’état de prototype, mais elles représentent bien des possibilités en termes de nouveaux outils pour faciliter et supporter la réadaptation cognitive. Actuellement, le laboratoire DOMUS collabore d’ailleurs à un projet de recherche interdisciplinaire novateur qui cible la préparation de repas par des personnes vivant avec les séquelles d’un traumatisme craniocérébral (TCC). Ce projet, subventionné par les Projets de Recherche Concertée en Santé (PRCS) et financé par l’Institut de Recherche en Santé du Canada (IRSC) et le Conseil en Recherches en Sciences naturelles et en Génie (CRSNG), s’intitule « Milieu d’hébergement intelligent pour la clientèle ayant une déficience physique avec prédominance cognitive : de l’implantation à l’évaluation ». Les principales étapes du projet de recherche interdisciplinaire de l’assistant culinaire sont de concevoir une orthèse cognitive pour la préparation de repas pour la clientèle TCC grave, de l’implanter dans une résidence spécialisée et d’évaluer les effets sur le fonctionnement de ces personnes.

Cet article vise à présenter les travaux et les méthodes de travail du laboratoire DOMUS de l’Université de Sherbrooke, ainsi qu’à présenter plus spécifiquement un projet interdisciplinaire, soit le développement d’une nouvelle technologie d’assistance cognitive pour les personnes ayant subi un TCC grave : l’assistant culinaire.