Bouchard K., Zayani T., Azzi S., Olivares M., Pigot H., Le Dorze G., Pinard S., Giroux S., Bier N., Carbonneau M., Bouchard B., Bouzouane A., Levasseur M., Couture M., Bottari C., Swaine B., Therriault P-Y, Le Morellec F., De Loor P., Thépaut A., Le Pévédic B.
1er congrès québécois de recherche en adaptation-réadaptation, INTER-REPAR
Année de publication :2015

Les progrès de la technologie et des pratiques en médecine permettre aujourd’hui de prolonger la vie et de sauver de nombreuses victimes de traumatisme cranio-cérébral (TCC). Ces personnes gardent toutefois des conséquences dues à ces lésions tout au long de leur vie. Par conséquent, elles requièrent des services de soutien et de suivi ponctuel de la part d’experts médicaux variés (médecins, ergothérapeutes, etc.). Dans le cadre de ce contexte, une cuisinière améliorée à l’aide de technologies puissantes a été mise au point par notre équipe de recherche. Lors de sa conception, nous avons établi trois objectifs auxquels nous souhaitions qu’elle puisse répondre. Le premier objectif est de pouvoir détecter un incendie sur les plaques de cuisson promptement. Le second objectif consiste en la prévention d’incendies, c’est-à-dire la détection des situations dangereuses pouvant mener à un tel résultat. Enfin, le dernier objectif, à plus long terme, est de pouvoir surveiller le déroulement d’activités culinaires plus complexes. La cuisinière a d’abord été équipée d’un automate industriel puissant ayant le rôle centralisateur de la collecte de données. Quatre types de capteurs ont été ajoutés afin de pouvoir répondre à nos objectifs. Des capteurs infrarouges sont utilisés par un algorithme permettant de distinguer le spectre IR correspondant à une flamme vive. Des cellules de charges aux pattes permettent de savoir si un objet se trouve sur une plaque de cuisson ainsi que d’estimer son poids. Enfin, des contacts électromagnétiques aux portes ainsi que des capteurs de température fournissent une information plus précise sur l’état de l’appareil. L’objectif global de ces améliorations est de promouvoir l’autonomie par la réinsertion à long terme des activités culinaires. Cette cuisinière, en cours de demande de brevet, est une pierre angulaire dans le projet global mené au laboratoire DOMUS avec l’aide de ses collaborateurs. Elle sera en particulier utilisée afin de développer une orthèse cognitive d’aide à la préparation de repas qui sera déployée dans le laboratoire vivant récemment complété.